Bannière Le royaume d'Andoras

Histoire générale

Cette page est un long résumé de l'histoire du continent Ecridel. Il constitue la base avec la page sur la race de votre personnage pour participer au RP sans dire de bêtises.

Sommaire :


Prémices de l'Ere des Hommes

La race humaine est apparue assez tôt dans l’Histoire, mais on ne peut parler de civilisation qu’une dizaine d’années environ après l’émergence du peuple centaure. Les Humains sont apparus dans les marches de l’est du continent de Rion. Leur société repose sur un système féodal, leur territoire étant divisé en des myriades de petites provinces placées sous le contrôle d’un duc, d’un comte ou d’un baron. Les provinces étaient elles-mêmes regroupées en cinq régions, correspondant aux cinq grandes familles dont étaient issus la plupart des seigneurs humains : à l’ouest du royaume, la famille Verdantis, au nord, la famille Skelden (dont descendent les Agars), au centre, la famille Zéphris, au sud, la famille Adœlath (dont descendent les Hélions), et le long de la côte, à l’est, la famille Lannister (dont descendent les Taliens).

L’ouest de Rion était une terre aride et ingrate, aussi les limites des domaines humains ne s’étendaient-ils que rarement à l’intérieur. Peu surveillée, c’est de cette région que vinrent les Xanthes.


Un démon Xanthe

Les Xanthes sont une race de démons issue d’autres plans. Il advint qu’un de leurs plus puissants seigneurs, Orbroutos l’Invincible, parvint à emprunter un passage interplanaire qui débouchait dans les régions occidentales de Rion. Ceci fait, il parvint à consolider le passage par le biais d’un portail, ce qui lui permit de rassembler ses troupes rapidement sur Synca. Lorsqu’il en eut amassé suffisamment, ses hordes se déversèrent sur les terres humaines. Les premières terres touchées furent celles de la maison Verdantis. Les différents seigneurs de la famille tentèrent en vain de résister à cette invasion aussi violente et rapide qu’inattendue. Pris au dépourvu, ils ne purent réunir leurs armées qui furent massacrées les unes après les autres. Damoss Verdantis, le patriarche de la famille, fut finalement abattu par Orbroutos lui-même lors de la bataille que les deux belligérants se livrèrent au pied d’Eldreth, capitale de la région, et qui se solda par la victoire définitive des Xanthes sur la maison Verdantis.

Les démons marchèrent ensuite contre Loynis, principale forteresse de la maison Zéphris. Conscients de la facilité avec laquelle Orbroutos avait balayé les armées de Verdantis, les patriarches des quatre autres familles, Lynn Zéphris, Mawën Adœlath, Arastor Lannister et Panthanas Skelden décidèrent d’unir leurs forces pour contrer la menace. Chaque famille dépêcha ses propres troupes vers les terres de Zéphris. Les bataillons humains se retrouvèrent devant Loynis quelques jours avant les Xanthes, et attendirent leur arrivée sous les murs de la ville.

Deux jours plus tard, ils rencontrèrent les légions innombrables d’Orbroutos lors de la Bataille des Cinq Armées. Bien que le rapport de forces fût en faveur des Humains, leur manque de cohésion leur coûta la victoire : le Seigneur Xanthe trouva rapidement la faiblesse de la ligne de front adverse, qui résidait dans les rangs de Zéphris, dont les soldats étaient particulièrement peu résistants malgré leur grande adresse. Alors que ces régiments auraient pu être renforcés par les solides guerriers Skelden et épaulés par la cavalerie des Lannister ou les archers des Adœlath, chaque famille gardait ses hommes séparés de ceux des autres. Les Xanthes enfoncèrent les rangs des hommes de Zéphris et progressèrent rapidement jusqu’à leur état-major. Lynn Zéphris fut englouti par la marée des guerriers Xanthes, et déchiqueté par leurs griffes puissantes. Après plusieurs heures de combat acharné, le reste des troupes humaines fut mis en déroute et contraint de se replier. Ne rencontrant plus de résistance, les Xanthes ravagèrent toute la province de Zéphris et rayèrent Loynis de la carte.

C’est suite à cette défaite que les Humains envisagèrent l’exil pour la première fois. Cette idée, méprisée de tous au départ, trouva de plus en plus d’adeptes au fur et à mesure que la pression des Xanthes aux frontières des trois familles restantes se faisait plus forte. Lorsque des rapports d’éclaireurs rapportèrent qu’ils faisaient des ruines de Loynis une place forte dans l’attente de renforts venus de l’ouest, Lannister, Skelden et Adœlath comprirent que c’était pour eux la dernière chance de repousser les Xanthes. Si les renforts qu’ils attendaient arrivaient à Loynis, ils reprendraient la conquête de Rion là où ils l’avaient laissée, et aucune coalition ne serait en mesure de les arrêter. Il fallait profiter des pertes qu’avait causées chez eux la Bataille des Cinq Armées. Néanmoins, conscients que la victoire ne leur était pas assurée, ils commencèrent d’ores et déjà à réunir leurs flottes respectives et à faire migrer leurs habitants vers leurs villes portuaires.

Les trois seigneurs humains regroupèrent ce qui restait de leurs armées et, à peine un mois après leur défaite, reprirent la route de Loynis. Ils avaient développé une stratégie fondée sur les témoignages de combattants, selon lesquels les Xanthes, de par une grande affinité avec le froid et la glace, semblaient particulièrement vulnérables au feu. Equipés de torches et de flambeaux, les armées humaines se dirigèrent vers les positions des Xanthes. Une fois sur place, ils encerclèrent l’antique cité humaine, et attaquèrent les démons de toutes parts. Le feu eut l’effet escompté, et les Humains parvinrent à s’enfoncer dans les ruines sans trop de pertes, faisant de terribles dégâts dans les rangs ennemis. Biskirnir, le champion de l’armée Skelden, réussit même l’exploit de se frayer un chemin jusqu’à la terrasse où se tenaient Orbroutos et sa garde, à la tête d’une trentaine de ses guerriers. Armé de l’antique Glaive Ardent, qui donna son nom à cette bataille, il défit de nombreux adversaires et tua Orbroutos, qui lui déchira la moitié du visage avant de tomber. Aujourd’hui, Biskirnir le Borgne est une légende chez les Agars.


Biskirnir, le héros des humains

Pour la première fois depuis des mois, la chance semblait sourire aux Humains. Orbroutos mort, la bataille du Glaive Ardent était un succès total. De plus, ils savaient désormais comment combattre efficacement leurs ennemis. Pour ne pas commettre la même erreur qu’eux en s’enfermant dans les ruines dont toute retraite était impossible, les Humains marchèrent vers l’ouest, à la rencontre des renforts attendus par Orbroutos. Cependant, ces derniers évitèrent le combat pendant plusieurs jours, s’éloignant des Humains chaque fois qu’ils s’approchaient sans pour autant battre en retraite, comme s’ils attendaient quelque chose. Les alliés comprirent rapidement quoi lorsque de gros nuages poussés par les vents d’est atteignirent leurs troupes. Une nuit, la pluie commença à s’abattre sur leur campement, réduisant rapidement tous les feux à l’état de cendres fumantes. Comprenant qu’ils avaient été piégés, les Humains tentèrent de lever le camp. Mais les Xanthes fondirent sur eux dans l’heure qui suivit le début de l’averse, et tuèrent aisément les soldats ennemis dont certains, tout juste réveillés, avaient à peine eu le temps de s’équiper. Lannister et Adœlath furent écorchés par les démons, tandis que Skelden parvenait à s’enfuir grâce au sacrifice d’un régiment des Filles de Solaris, unité d’élite des armées d’Adœlath. C’est ce sacrifice qui, longtemps après, poussa les Agars à remettre le Glaive Ardent aux Hélions, en gage de reconnaissance. Il est aujourd’hui porté par les guerrières choisies pour diriger les Filles de Solaris, qui ne le transmettent qu’à leur mort, à celles qui sont désignées pour leur succéder.

Vaincus, les Humains regagnèrent leurs provinces respectives en hâte, afin de pouvoir couvrir leur exil. Les derniers soldats avaient pour ultime mission de tenir les Xanthes éloignés des ports, pour que la population puisse embarquer. Leur résistance montra cependant ses faiblesses, et plusieurs bateaux furent coulés avant d’avoir pu quitter le rivage. Finalement, chaque famille ne parvint à sauver que quelques dizaines de milliers d’habitants, soit moins d’un dixième de leurs populations avant le conflit.

De son côté, Panthanas Skelden, désireux de trouver une mort aussi digne que celle des autres patriarches, resta à la tête de ses troupes pour protéger le départ de son peuple, après avoir confié son pouvoir et le Glaive Ardent au fils de son neveu, Grimson Rippelsmin, dernier représentant de la famille. Il mourut quelques secondes après Biskirnir qui avait consacré ses dernières forces à protéger son souverain des assauts des démons.

Aujourd’hui, on peut trouver dans chacune des capitales humaines un monument composé de cinq statues à l’effigie des patriarches, afin que nul n’oublie l’Histoire de son peuple.

Ere des Hommes =>